Mes Imaginales 2017

Cette année, je suis enfin retournée aux Imaginales.

Ça a failli ne pas se faire… d’abord, l’appartement qu’on avait loué avec mes copains Pascal et Camille, avec lesquels je forme la fière équipe des Pouic !, a été inondé suite à un problème de chaudière. Faut savoir que j’avais réservé l’année dernière … pour être sûre voyez.

Donc forcément branle bas de combat, mais on a eu de la chance, on a trouvé.

Sauf qu’après avoir trouvé un charmant petit chalet en solution de remplacement à notre AirBnb, j’ai eu un flash. Qui disait à peu près ça : « euh, mais au fait Bebop est malade, comment on va faire, on peut pas demander à quelqu’un de lui faire avaler ses trois médoc par jour, elle va tuer le quelqu’un en question »… Bebop c’est ma louloute la plus grande.

Celle que mes copains appellent Beelaine, parce que c’est la contraction entre Bebop et Vilaine … pour vous faire le tableau.

Alors on a pris une décision de malade, on a pris la décision d’emmener Bebop… Sauf que ça veut dire que Ghandi resterait seul, puisque Mana (notre dernière, la lapine, ce qui fait de Ghandi le chat du milieu, vous suivez ? :p ) serait chez la voisine …

Et Ghandi sans Bebop, c’est un loulou perdu …

Solution trouvée, accord des coupains; on y va tous les 4 … ok ? OKAY !!!!

  1. On the road :

Ça aurait pu être cool ! Quand on est parti, donc le mercredi 17 mai, la voiture était blindée, il faisait beau …

Bebop était plutôt cool, un peu fatiguée parce que ça fait un moment qu’elle est malade et sous traitement, mais toujours aussi sage en voiture…

Ghandi, lui, a miaulé pendant les 6 heures de route. Sans s’arrêter. Même quand on les a sortis pour les pauses … et malgré la semaine d’homéopathie qui a précédé.

On a cru mourir … et peut-être que lui aussi, le pauvre…

Mais nous sommes bien arrivés, et dans un petit coin de paradis félin : un jardin entouré d’étangs et si bien clôturé qu’ils ont pu sortir dès le soir ! Ouf, les chats étaient sauvés !

Le bazar

 

 

A gauche, Ghandi le miauleur fou

A droite, Bebop

 

 

 

Et quelques images de notre havre de paix (attention chats inside) :

 

  1. Nos aventures :

Le 17 mai 2017:

Et oui, à peine arrivés, on tente le coup d’appeler de très bons amis de la région qu’on a pas vus depuis trop longtemps … et ils sont dispo !

Pour fêter ça on a fait jouer leur chat avec de la thune : trop vénale cette demoiselle ! 0_0

*attention cette anecdote est fausse, je couvre en réalité un trafic de chats…

** attention ça aussi c’est faux

*** ouais je dirai rien de plus : chui pas venue ici pour souffrir okay ?

On s’éclate, on se couche tard, mais on s’en fout, demain on ne débarquera aux Imaginales que l’après-midi. C’est aussi les vacances après tout !

Le 18 mai 2017:

Se lever c’est dur, mais Bee voulait un câlin alors …

On arrive donc en début d’après-midi, tranquille, joie et boule au ventre. Pour la boule, aucune explication sensée à vous fournir … bref.

On fait d’abord un petit tour à l’extérieur, histoire de voir ce qu’il y a de nouveau, de s’imprégner de l’ambiance …

Et là, on apprend que Camille ne pourra pas nous rejoindre. La déception est grande, je ne vais pas vous le cacher, mais elle est soulagée de pouvoir se consacrer à des choses importantes, donc … je me jette malgré tout dans la bulle aux livres, et cash, je vois Jim C. Hines qui m’attend. JE VOUS DIS QU’IL M’ATTENDAIT !

Ca a été ma surprise et ma rencontre de ces Imaginales. Conseillé par Les lectures de Louve et Lionel Davoust himself qui a traduit son roman, j’avais acquis il y a quelques mois Le bibliomancien, premier tome de la série Magie Ex Libris.

En voyant que l’auteur venait aux Imaginales, j’ai décidé de le sortir de ma PAL, sans même relire la 4ème de couverture. Et grosse claque : féministe, geek, rêve éveillé de tout lecteur, je n’ai pas pu lâcher ce roman. J’ai passé plusieurs jours à préparer en anglais dans ma tête ce que je pourrai dire à Jim.

Je me suis donc lancée… méga adorable, très abordable, enthousiaste, je l’ai rapidement averti que je le stalkerais probablement tout le salon ! Ouais je suis une sociopathe plutôt sympa, en fait.

N’empêche que j’ai tellement apprécié cette première rencontre que je décide de m’inscrire au petit déjeuner qui aura lieu le samedi matin avec plusieurs autres chanceux en présence de Jim.

Bref, grosses émotions dès la première heure de présence ! Surtout que Camille m’a appelée alors que je venais juste de le rencontrer, et qu’on a échangé plein de love tout ça. Ambiance vous dis-je.

Je veux rester dans le love, donc quand je vois Audrey Alwett à sa table, je lui saute dessus : il faut que j’obtienne une petite bafouille pour Camille, qu’on parle BD … et ça dure un moment au final ! Très facile d’abord et intéressante, on cause, on rigole, on échange, on féminisme à mort (ce néologisme est moche, mais l’académie française devrait inventer un terme quoi) …

Je croise Olivier Gay, que je n’ai pas vu en salon depuis plusieurs années, alors qu’au début de sa carrière, je le voyais sans cesse : j’ai découvert « Les épées de glace » à l’époque où Olivier était édité chez Midgard et où la série s’appelait « La servante » et « Le boucher ». Depuis j’ai acquis tous ses bouquins (yes !), et aucun n’est signé.

Quand il voit ce qui l’attend, et vu le monde qui attend, je lui propose de lui laisser mes bouquins, et il accepte de les signer : ce sera fait dans la journée, et il a même pris le temps de mettre un petit mot dans chaque: émue et heureuse je suis !

Dans la file, je croise Emmanuelle et une de ses collègues. Emmanuelle est une très bonne amie, mais on ne s’est encore jamais rencontrées IRL depuis qu’on a sympathisé sur Internet. C’est vraiment top de se revoir, on se promet d’en profiter le week-end.

J’ai également le temps de passer voir Cindy Van Wilder, qui, à chaque fois qu’on lui parle, est capable de vous donner l’impression que c’est vous la personne intéressante alors que c’est elle qui écrit ces si beaux romans. Je crois que sa réputation la précède, elle est un soleil !

M Lilie pense avoir aperçu la belle chevelure de Maureen (en réalité, ça donne « Je suis sûr que j’ai vu les cheveux de Maureen ») : on échange des SMS, on essaie de se voir en conf.

Donc direction « Faut que ça saigne… La fantasy épique, ça bastonne ! » : le casting est intéressant, le contenu de même

On retrouve effectivement Maureen du Bazar de la Littérature et Hélène Titelfe à la fin de la conférence, et c’est sympa de les revoir !

Me voilà partie en direction de « Personnages hors normes et aventures pas banales », avec une affiche qui me plaît également beaucoup.

Après s’être cultivés, on décide de refaire un tour dans la bulle. Bien nous en a pris, ce sera l’occasion de discuter avec Stefan Platteau et Melchior Ascaride, et ce fut réellement passionnant. Avant même la conférence, que je n’ai pas pu suivre hélas, sur l’identité graphique, nous voilà en train d’approfondir le sujet.

On est crevés, on décide de se rentrer. Faut s’occuper des bestiaux et préparer l’arrivée de Pascalou !

Conférences du jour :

Le 19 mai 2017 :

Vendredi ! Whaaaaaattt ! Ça fait déjà – et en même temps seulement – une journée que les Imaginales ont commencé ! A peine arrivés sur le parking, sous la pluie, nous croisons Pascal ! Donc le membre des Pouic qui va partager le chalet que nous occupons.

Les retrouvailles sont chaleureuses, on se parle tous les jours, mais les câlins ça déchire ! (ouais c’est un article sur les Imaginales, alors ça dégouline de love, désolée)

La discussion que j’ai eue la veille avec Melchior Ascaride m’a donné envie, malgré ma trouille, de tenter le confessional du rêve : c’est un principe sympa qui veut que l’on passe 30 minutes avec un illustrateur qui s’est porté volontaire et auquel on raconte son rêve, qu’il croque. Le dessin est photographié par le staff des Imaginales, et vous repartez avec votre original.

L’année prochaine je tenterai peut-être ce qui me trottait dans la tête, à savoir soumettre le même rêve à chacun des illustrateurs présents ! Peu de gens ayant osé s’inscrire cette année, j’espère que l’idée sera néanmoins maintenue, parce que c’était vraiment sympa. Mais je m’avance car ce matin du vendredi, je suis allée m’inscrire pour le samedi après-midi.

Une fois l’inscription faite, direction la buvette, il faut que j’abreuve mes deux hommes de café, et ensuite c’est parti !

Je passe un petit bonjour à Pierre Pevel, qui doit absolument me signer l’édition collector des « Lames du Cardinal », d’autant que mes exemplaires poches sont déjà dédicacés… on discute un peu puis je m’aperçois qu’Isabelle Bauthian est à son poste : je lui fonds dessus tel un oiseau de proie.

En effet, c’est la deuxième autrice dont Camille m’a dit : je voulais absolument la rencontrer. Si elles ne peuvent venir à elle, je les ferai venir à elle (whaaaattt ?) : Camille m’a tellement parlé d’Anasterry que je veux absolument avoir ma bafouille.

La discussion est une fois encore inspirante et très sympa. Anasterry est dans ma PAL pour les jours à venir …

Je rejoins Pascal et M Lilie pour la conférence sur la Fantasy arthurienne. Tenue par des universitaires, elle est super intéressante ! En une heure, ils ont réussi à balayer tous les pans culturels que la mythologie arthurienne a inspiré.

Pause pour le midi : il pleut c’est moche, on se trouve un coin sous la bulle des livres pour manger.

J’ai bien l’intention, dès 14h, de stalker Jim C Hines en conf’ !

Je traîne les garçons à « Livres et lecteurs…Dans l’imaginaire… ». Pascal est séduit par Jim et veut acheter son bouquin : halte ! Bah oui je lui ai offert ! Je l’ai fait signer la veille dès ma première rencontre avec Jim … Je savais qu’il lui plairait ! :p

Tant pis pour la surprise, mais c’est l’occasion de tenir ma parole de harceleuse et d’aller présenter Pascal à Jim, qui semble ravi de le rencontrer.

La conférence m’a par ailleurs donné envie de craquer pour le livre de Sofia Samatar, une autrice douce, cultivée et passionnante.

Pascal croise Emmanuelle, rendez-vous est pris, on dînera ensemble le soir même.

Je vais rendre visite à Rod Marty (assez fière d’avoir deviné en lisant Peakwood que son roman préféré est « Le fléau » de King) et Aurélie Wellenstein, deux auteurs adorables.

La fine équipe Rivero – Bétian – Ascaride est réunie, je les rejoins pour acquérir leur bouquin pour Camille et moi : j’ai accompli ma dernière mission Camillesque du week-end, et on a bien ri. On enchaîne sur une conf’ moins rigolote sur les récits angoissants, dont les intervenants donnent tous envie d’acheter des bouquins. C’est mal.

Il est 18 heures … c’est le moment ou jamais de rencontrer des auteurs qui ont d’habitude la dose de monde avant les embouteillages du samedi et du dimanche. Oui les Imaginales, c’est aussi technique.

C’est aussi le moment de croiser les auteurs qui ont plusieurs casquettes sut le salon : par exemple Lionel Davoust ! Et oui, il est très demandé aux Imaginales : il traduit, modère des conf’, participe parfois à celles-ci …

J’ai donc fait le bon pari, et je peux enfin le voir pour discuter de SES livres : qui sont beaux et bons !

Et que vois-je au loin ? Un Victor Dixen qui se fait rare en France, et pour cause, il habite aux USA en ce moment : c’est l’occasion de lui dire à quel point j’ai aimé Animale, de me rendre compte qu’il y en a un second, de l’acquérir, et de vouloir découvrir Phobos, bien que ça ne soit pas mon style a priori … j’ai confiance en sa plume !

Je croise Emmanuelle, on part à la rencontre des garçons, et on s’embarque dans une aventure pour trouver un restau qui ne serait pas blindé par tous nos camarades Imaginaliens ! On passe une super soirée, et on fait découvrir à Pascal nos chats et le chalet. Oui dans cet ordre. Car même en vacances, nous sommes les invités de nos chats. D’oh !

Conférences du jour

Le 20 mai 2017 :

C’est samedi c’est petit déj !

 

 

 

 

Il n’y a aucun autre endroit où l’on vous offre la possibilité de manger avec vos auteurs favoris. A ma connaissance, cela n’arrive qu’aux Imaginales.

Et c’est franchement cool. Au début il y a cette petite gêne, ce moment où vous savez que vous allez devoir parler anglais devant 10 autres personnes, et après ça part tout seul.

C’est le moment de parler de la culture du pays d’origine de l’invité, de lui parler de la culture de la France, forcément de la bouffe, de poser des questions sur l’œuvre, de rire… un moment vraiment top.

Ce moment a duré une bonne heure et demi.

Ensuite, nous avons rejoint Pascal dans la bulle du livre et autour … c’est pas facile de se retrouver dans la foule du samedi ! D’ailleurs au final, on ne l’a pas retrouvé tout de suite … Je suis passé voir Estelle Faye puis Gabriel Katz.

Du coup je suis arrivée en retard à la conf’ « Entretien avec Jim C Hines » bouhou … en mode fangirling je vous dis.

 

En sortant de cette conférence, on a retrouvé Emmanuelle et ses enfants, trop beaux, et habillés par des tenues cousues par leur mère.

 

 

Ensuite, nous avons profité du retour du beau temps pour nous balader dans les allées extérieures, flâner dans les magasins, discuter au hasard des rencontres.

Direction la conf’ « Scénaristes et auteurs » consacrées à la BD (wish-list, wish-list, pourquoi ne cesses-tu de t’allonger ?)

J’ai retrouvé Melchior Ascaride pour qu’il dessine mon rêve. On a passé une très grosse demi-heure à rire comme à évoquer des choses plus sérieuses, mais c’était génial !

Et ça a donné ça : je l’adore mon dessin !

 

 

Nous devions rejoindre les amateurs de Faerie avec un goûter organisé sur facebook, mais je n’ai pas pu rester et les mecs ont également décidé de rentrer.

Il y avait du monde, et la veille on avait laissé les chats tous seuls toute la journée.

On voulait se retrouver un peu tous les trois, tous les cinq une fois arrivés au chalet, et se poser. Entre amis. Une douce mais nouvelle soirée est donc hélas passée.

 

Conférences du jour

 

 

 

Le 21 mai 2017:

Le dimanche est un jour particulier aux Imaginales : c’est celui où beaucoup doivent partir 😦

C’est donc le jour où j’ai pris les gens en photo ! Ceux que j’ai pu au moins !

 

 

 

 

 

Et Bouchon des Bois n’a pas fait comme tout le monde, c’est le jour où elle a pu nous rendre visite alors que ça n’était pas prévu du tout ! Merci à son mari !

Nous sommes arrivés avant 11 heures, heure de la conf’ sur les celtes, exprès pour lui faire un coucou. Ça a été l’occasion d’embrasser les copains qui devaient partir sur l’heure du midi.

Pour moi, cela a aussi été l’occasion de rencontrer Luce Basseterre, Scott Lynch et Catherynne M Valente. Bref, une matinée bien remplie !

Après la conférence, j’ai soutiré à M JAWORSKI une biblio sur les gaulois et les celtes, et on a déjeuné au soleil avec Irène et Julien, l’occasion d’une discussion passionnante.

Avec Irène, nous avons enchaîné avec une conférence sur les héroïnes féminines de la fantasy, en parallèle avec les personnages forts de l’Histoire, vraiment passionnant !

Emmanuelle nous a rejoint pour la conférence de Stéphane Marsan. Elle nous avait fait des Slices au caramel un bonheur gustatif ❤

Nous avons dit au revoir à Pascal ça a été super dur.

On a fait un dernier tour dans la bulle, et Emma m’a signé son premier livre, paru en autoédition. On a trainé ensemble, parce qu’on sentait que c’était la fin …

Puis on s’est quitté…

Et le spleen …

 

Conférences du jour

 

 

 

 

 

 

  1. Le bilan des acquisitions :

 

 

 

 

 

 

  1. La question du salon : votre dernier coup de cœur littéraire, ou le bouquin que vous conseillez à tout le monde de lire :

Le 18 mai 2017 :

Jim C Hines vous conseille « Qui a peur de la mort » de Nnedi Okorafor et pour les lecteurs anglophones, il conseille l’autrice Janet Kagan.

A ma connaissance, cette dernière n’est pas traduite en France…

Audrey Alwett vous conseille « La vieille anglaise et le continent » de Jeanne-A Debats et « La Passe Miroir » de Christelle Dabos.

 

Cindy Van Wilder vous conseille « No Home » de Yaa Gyasi et « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie.

 

Olivier Gay vous conseille « La nuit des cannibales » de Gabriel Katz et « Le nom du vent » de Patrick Rothfuss.

 

Stefan Platteau vous conseille « Qui a peur de la mort » de Nnedi Okorafor.

Le 19 mai 2017 :

Pierre Pevel vous conseille « Les 3 mousquetaires » d’Alexandre Dumas et « Bouvard et Pécuchet » de Gustave Flaubert

 

Isabelle Bauthian vous conseille « Les lions d’Al-rassad » et « Tigane » de Guy Gavriel Kay, « La Passe Miroir » de Christelle Dabos et tout Justine Niogret.

 

Sofia Samatar vous conseille « Palimpsests » de Catherynne M Valente.

Là encore, ce sera pour les anglophones, même si Sofia a milité auprès de son éditeur pour que cette œuvre soit traduite en France.

Rod Marty vous conseille « Le fléau » de Stephen King, « Les falsificateurs » de Antoine Bello et « Le maître des illusions » de Donna Tartt.

 

Aurélie Wellenstein vous conseille « Perdido Street Nation » de China Mieville et tout Justine Niogret.

 
 

Mathieu Rivero vous conseille « Sur la terre comme au ciel » de Davide Eni.
Julien Bétan vous conseille « Moi, Peter Pan » de Michael Roch.
Melchior Ascaride vous conseille « L’île de Peter » de Alex Nikolavitch.

Lionel Davoust vous conseille « Le cycle d’Ambre » de Zelazni.

 
 

Victor Dixen vous conseille « A la croisée des mondes » de Philip Pullman.

Le 20 mai 2017 :

Estelle Faye vous conseille « Hadès Palace » de Francis Berthelot

 
 

Gabriel Katz vous conseille Olivier Gay, Pierre Pevel, Estelle Faye… et admet qu’il ne prend le temps de lire que ses amis !

Le 21 mai 2017:

 

Scott Lynch vous conseille l’œuvre de Barbara Hambly.

 
 

Luce Basseterre, que j’ai oublié de vous prendre en photo (grrrr), vous conseille « Un éclat de givre » d’Estelle Faye.

 

Catherynne M Valente vous conseille « Haroun et la mer des histoires » de Salman Rushdie et « Little, Big » de John Crawley.

 

Emmanuelle Parme vous conseille l’œuvre de Pierre Bottero et l’œuvre de Robin Hobb.

Et voilà de quoi alimenter votre wish-list !

 

  1. Le village des Imaginales et le site

 

  1. Bonus de fin de voyage : et pendant ce temps, Mana :

Essentiellement des câlins et des pommes ! 🙂

Elle a tapé du pied quand elle nous a vus : 3 fois. Et elle a boudé le lundi soir … que des têtes de pioche dans la famille !

Pourquoi faut-il continuer à dire si on n’aime pas un bouquin ?

9-OdM-2009

J’ai lu un article qui m’a fait bondir, tellement il était vide de sens, contradictoire, et de mauvaise foi.

Rédigé par une nouvelle auteure de SFFF, Roznarho, qui se veut anonyme mais rappelle dans sa présentation qu’elle est l’épouse d’un autre auteur de sa propre maison d’éditions, et qu’elle met une photo d’elle tout en rappelant qu’elle a pris un pseudo parce qu’elle ne veut pas qu’on la juge en tant que femme (quand l’anonymisation est une belle fumisterie), cet article s’intitule « Pourquoi : il ne faut pas chroniquer un livre qu’on n’a pas aimé ou pas compris ».

Je ne mettrai pas le lien de l’article en question car, pour appuyer mon propos, je vais citer certains passages de cet article (même si les propos m’écœurent sincèrement). Pour argumenter, on n’a parfois pas le choix.

Je ne prends généralement pas part aux débats qui agitent la blogo.

Mais là, je ne peux laisser dire autant de bêtises : le fond de l’article est insultant, prenant les blogueurs sans distinction, sauf ceux cités par l’auteure elle-même dans son propre blog, pour des incultes calculateurs qui n’écriraient des articles négatifs que pour descendre un auteur et se mettre entre lui et la thune.

Parce qu’en fait, c’est bien le fond du problème, l’argent qu’un blogueur peut faire perdre à un auteur, et à Roznarho elle-même qui publie à la fin du mois d’août.

Exemple choisi de l’article : « derrière un livre fourni gratuitement il y a un auteur, un éditeur et/ou un responsable communication qui pense bien faire en te l’envoyant, et bien d’autres acteurs du secteur du livre, si tu achètes en librairie. Broyer un livre en quelques lignes, c’est jeter aux orties des centaines voire des milliers d’heures de travail fournies par plusieurs personnes. »

Cette phrase présuppose que nous n’achetons pas nos livres, et que nous sommes là pour détruire la chaîne du livre.

Selon l’auteure, les blogueurs ne devraient pas chroniquer / critiquer un livre qu’ils n’ont pas aimé, parce que ça fait bobo aux petits cœurs des auteurs.

Ou alors, on ne doit pas appeler ça critique car nous ne sommes pas Gérard Collard, libraire de son état, qui lui est qualifié pour donner un avis.

Pourquoi cet article est il bête ? (oui je suis directe… tant pis si je me fais troller)

Réponse en plusieurs points, et oui j’assume totalement ma subjectivité : que voulez-vous, j’adore vivre dangereusement. Continue reading « Pourquoi faut-il continuer à dire si on n’aime pas un bouquin ? »

Concours en partenariat avec les éditions Voy’El

Hello les loulous!

Il va se passer un truc de fous !

Connaissez vous la maison d’éditions Voy’El? Non? Mais quelle erreur!

Vous avez de la chance, car ma dernière commande au sein de cette super ME m’a été envoyée en deux exemplaires. Pourquoi vous avez de la chance?

Parce que la maison d’éditions, qui édite de superbes romans et en plus de qualités, m’a autorisée à vous les offrir dans le cadre d’un concours sur le blog!

Le concours est d’ores et déjà ouvert sur ma page facebook, ici : https://www.facebook.com/lilielitmaispasque/

Les conditions ?

1/ Pour remercier Voy’El de sa générosité, je vous demande de liker sa page et de la partager :

https://facebook.com/editions.voyel/

2/ Pour me remercier (parce que je le vaux bien … un peu non ? Si ?), j’aimerais beaucoup que vous commentiez sur le blog votre article préféré ! Ça m’aidera pour mes stat perso, voir ce qui vous plaît et tout! émoticône wink

https://lilielitmaispasque.wordpress.com/

Et depuis la reprise du blog je vous trouve bien trop silencieux! émoticône tongue

Attention, ces conditions sont cumulatives sinon votre participation ne sera pas validée.

C’est moi qui enverrai les lots et je ne peux donc me porter garante pour la Poste.

Je vous laisse mettre en commentaire:

1/ sur Facebook sous chaque photo du livre qui vous intéresse le petit mot gentil et le lien de partage de la page facebook de la ME,

2/ en commentaire sous cet article le petit mot gentil et le lien de partage de la page facebook de la ME,

3/ et je vérifierai que vous avez laissé un commentaire sous votre article préféré du blog!

Attention, je ne veux pas le lien de partage du concours, mais de la page de la ME !

Vous pouvez participer pour tous les lots ou un ou deux : c’est votre choix!

Date de fin ? Dimanche 10 avril 2016 12 heures! Gogogo !

Voici les lots:

20160324_204013Europe, fin du XVIIIe siècle.
L’éruption du volcan islandais Laki en 1783 plonge le monde dans l’obscurité et l’obscurantisme. Le nuage de soufre qui recouvre une partie de l’Europe dévaste les cultures, entraîne la famine, fait tomber les pouvoirs en place, et remet en perspective toutes les croyances établies. Beaucoup y voient la trace d’un châtiment surnaturel, que tout le monde désigne sous le nom de Fléau.
L’Église vacille d’autant plus que l’éruption du Laki révèle l’existence d’une cité enfouie, Absyrialle. Mais cette cité, son architecture, sa richesse, ses moeurs et ses occupants ne sont pas les vestiges d’une civilisation ancienne et oubliée. Bien au contraire, Absyrialle est toute puissante et ses origines restent mystérieuses, tout comme les desseins des princes démons qu’on y vénère.
Théodule, écrivain public et philosophe ne se doute pas combien sa rencontre avec Galoire de Montbrun, envoyé du Vatican au passé trouble, va l’entraîner au cœur des complots les plus sombres de la Cité.

20160324_204022Après sept années passées au Nouveau Monde, le Pacifieur Impérial Arthorius revient à Rome avec, dans ses bagages, un colis bien embarrassant : une plume étrange qui jette le discrédit sur une des figures majeures de l’Empire Romain Millénaire : La Déesse Athéna, elle même.

Arthorius se trouve alors plongé, malgré lui, au centre des intrigues olympiennes dans une enquête qui le conduira jusqu’à la Frontière, au cœur des Montagnes Rocheuses.

Au fil de son voyage rien ne lui sera épargné, ni les courses poursuites avec les gangs de Néo Rhodes, ni les fusillades avec les tribus indiennes, pas même la compagnie de Dom, un faune vétéran de la légion, adepte du sarcasme à outrance.

 

20160324_204033Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu’elle se trouve au sous-sol d’une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d’en sortir est de monter jusqu’au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l’ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués…
Et les révélations.
Car Jessica n’a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir – surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l’envie de se venger prend le pas sur l’envie de s’échapper…
Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?

Concours pour l’ouverture du blog ! Les résultats!

concours

J’ai ouvert ce blog il y a une semaine.

Je me suis dis à ce moment, « allez ma vieille, si tu arrives à 100 mentions j’aime, obligé tu fais un concours. »

Oui pour tout vous avouer, j’ai une pile à vendre, que ce soit romans, DVD, BD, et je n’ai pas encore eu le temps de l’emmener chez Gibert Joseph.

Alors j’ai de quoi satisfaire trois gagnants, dans trois catégories: oui vous aurez deviné … sauf toi au fond là, qui n’est pas très attentif ! Hmmm…

Donc les trois catégories … Romans, DVD et BD !!!!

Donc petit blabla habituel mais non moins précieux et important: ce concours n’a aucun lien légal avec Facebook, il est organisé de mon seul fait et de ma seule responsabilité.

Entre nous, si Marc Zuckerberg avait une quelconque responsabilité dans ce concours, c’est un bibliothèque que je vous ofrrirai!

Je ne saurais être tenue pour responsable d’éventuels errements de la Poste.

Ce concours est ouvert à la France, la Belgique et la Suisse.

Il durera jusqu’au 13 juin 2015 à 12 h !

Comme je suis toute nouvelle sur la blogo et que je ne maîtrise pas trop les logiciels (les copinautes, il faudra m’apprendre!), je vous demande de participer par l’apposition d’un simple commentaire en bas de cet article, en me disant si vous participez pour une catégorie ou plus.

Lorsque j’aurais donné le nom de chaque gagnant, il pourra choisir son lot, me donner son adresse etc, etc, etc … et élever un autel à ma gloire éternelle bien sûr, cela va sans dire!

Un petit partage serait bienvenu sur les réseaux sociaux, le lien devant figurer dans le commentaire. Je n’aime pas toujours cette modalité de participation, mais je viens d’arriver sur la blogosphère, et je compense: faut savoir qu’en France les avocats n’ont pas le droit de se faire de la pub, alors j’ai décidé de me faire de la pub en tant que blogueuse…

Mécanisme de compensation je vous dis!

Si vous n’avez pas de compte sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à le dire.

Et comme vous en avez marre de mes blablas, voici les lots!!

Romans:

annodjanuavera luneetl'ombre1lunetlombre2magiciens_ trollindex51vg4KF4hsL._AA324_PIkin4,BottomRight,-56,22_AA346_SH20_OU08_ ale amulettes gardien salauds

GAGNANTES:

Melisende

Christy

BD:

mariages moivivant trainmoyasimon

GAGNANTE:

Jade

DVD:

cap1cap2driveeauenemy hancock_heureuxhulkimim2im3kevinrougethorthor2

GAGNANTS:

Grégoire Geirnaert

Gaëlle Burg

Bonne chance à tous et merci du fond du cœur pour votre accueil!

La naissance de Lilie qui lit et fait plein d’autres trucs

Lectrice plus très jeune, mais pas trop vieille (31 ans), j’ai été fort tentée de démarrer ma propre aventure bloguesque après m’être nourrie aux articles de qualité du Bazar de la littérature, des Lectures de Bouch’, d’Allison Line, de Lire Une Passion et d’autres blogs que je ne peux tous citer ici, en tout cas pour le moment.

J’ai décidé de tenter ma chance, bien que j’ai peu d’espoir d’offrir un contenu d’aussi bonne qualité que celui de mes modèles, ou comportant autant d’humour que le blog de Liseron d’hiver.

Mais qu’importe, je veux m’amuser, partager et profiter.

Alors c’est parti!

Si vous avez des conseils, n’hésitez pas je suis preneuse! (et débutante!! lol)