La femme de mon mari de Jane Corry

51jjZGyMupL._SX308_BO1,204,203,200_

La femme de mon mari

Auteur: Jane Corry

Maison d’éditions: J’ai Lu

Nb de pages: 604 pages

Illustration de couverture : d’après Mayer Georges et Alex Zansey, studio de création J’ai Lu

 

 

Le pitch :

Lily, jeune avocate, épouse Ed pour faire table rase du passé. Mais lors de sa première affaire pénale, elle est irrésistiblement attirée par Joe, un homme accusé de meurtre. Elle s’engage alors dans une relation qui met en péril sa nouvelle vie. Carla a neuf ans et habite la maison d’à côté. Enfant solitaire, elle observe le monde qui l’entoure et n’oubliera rien… Lorsqu’elle frappe à la porte de Lily, seize ans plus tard, de douloureux souvenirs refont surface. La charge des secrets est aussi dangereuse qu’une bombe !

 

Mon avis :

Les personnages de ce roman ont tous cela de commun qu’ils sont très sombres. Assombris par les ombres de leurs passés, par leur comportement pendant ce roman, par les choix qu’ils ont faits et les décisions qu’ils prennent encore.

Ils sont peu aimables, au sens premier du terme, parce que l’autrice nous met le nez dans ce qui fait leur humanité : leurs défauts. Les personnages, protagonistes ou secondaires, sont contrastés, et on s’attache plus à leur aventure qu’à leur personnalité.

C’est un roman sur les vies qui s’entrechoquent, sur l’effet boule de neige de chacun de nos actes, le battement d’ailes du papillon qui peut bouleverser toute une vie.

La narration donne la parole à une femme qui commence sa vie professionnelle en même temps que sa vie maritale, Lily, et à une petite fille déracinée, élevée par une maman sans repères et sans argent.

La première veut faire le bien (se racheter ?), la seconde veut vivre bien. Jane Corry nous les fait suivre sur 15 ans, elles et ceux qui les entourent, souvent des hommes d’ailleurs.

15 de mutation, de déconstruction, d’apaisement, de rancœurs…

Les points de vue sont alternés, un chapitre de la perspective de Lily, l’autre de l’aspect de Carla. Et ce roman est rudement intelligent en plus d’être bien écrit.

Le suspens est policier, mais la vraie surprise vient de l’évolution des personnages, dérangeante, poignante, inexorable et pourtant, souvent on hurle dans nos têtes à la maladresse des décisions prises, nous doutant, de notre position extérieure, qu’ils rendront le destin des protagonistes si sombre.

L’autrice s’amuse avec des notions romantiques : le mariage, le tropisme de la rédemption du « bad boy », la place de la femme dans une famille et au travail, le handicap et sa gestion au quotidien, l’influence de la maladie sur le couple… et tout cela en dépeignant un portrait contrasté de l’amour, du risque de perversion des bonnes intentions, de la perversion des mauvaises…

Un roman haletant, qui présente de multiples couches de lecture, ou qui sera juste un très bon roman de suspens avec une fin surprenante, selon ce que vous souhaiterez en faire.  Et finalement, n’est-ce pas ce qu’on attend d’une très bonne histoire, qu’elle sache nous offrir ce dont on a besoin au moment où on la lit ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s