Le coin des mangas #8 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier

Hey mes bookaholics !

Concernant les mangas, on commence souvent une série inachevée, ce qui peut rendre frileux : il y a de très longues séries.

Pour accrocher et garder le lecteur, le mangaka doit le séduire dès le premier tome, à charge pour lui ensuite de transformer l’essai et de produire une série de qualité.

Je me suis dit que j’allais partager avec vous mon avis sur des premiers tomes et peut-être vous accrocher aussi !

Au programme aujourd’hui, 4 séries différentes agrémentées de leur machiavélique « indice de tentation ».

  • Somali et l’esprit de la forêt : indice de tentation intense ! (je poursuivrai la série à chaque parution sans attendre)
  • Dernière Heure : indice de tentation très fort (je vais certainement poursuivre la série)
  • Dimension W : indice de tentation très fort (même feeling les loulous ! bah oui, même indice !)
  • Assassins : indice de tentation fort (moins tentant, quoique …)

Je vous laisse découvrir la suite ! 🙂

51+yxiI41EL._SX351_BO1,204,203,200_

Dernière Heure

Auteur : Yu

Maison d’éditions : Akata

Nombre de tomes : terminée en 4 tomes

Parus en France : 1 tome

Pitch : Cela fait cinq années que le Japon est en guerre. Mais Saku, jeune collégien, ne le réalise pas vraiment. Vivant sur une petite île isolée, son quotidien n’est synonyme que d’ennui, entre les cours et la frustration de repas trop sommaires. Pourtant, tandis que les affrontements semblent s’intensifier, une terrible nouvelle vient bouleverser sa vie et celle de ses camarades : désormais, chaque vendredi, certains d’entre eux seront appelés à aller se battre sur le front. Tous, sauf Saku et Miyako, son amie d’enfance, exemptés sans savoir pourquoi de partir à la guerre…

Mon avis : un dessin très joli, éthéré, pour un sujet lourd. Pour le moment, l’autrice nous maintient dans le flou.

Le Japon est en guerre depuis 5 ans, en guerre contre un ennemi dont l’identité est ignorée par les adolescents qui vivent sur l’île de Aoshima. Les seuls adultes que l’on voit dans ce manga sont ceux chargés de l’approvisionnement de l’île et les professeurs du lycée.

Soit les adultes sont tous mobilisés, soit l’autrice choisit volontairement de les oublier.

Nous sommes donc exclusivement confrontés à des adolescents qui se débrouillent avec l’ennui de vivre sur une île isolée, en une période de privation et d’isolement encore plus importante.

Un jour, de façon totalement imprévue, la guerre est amenée de force dans leur quotidien, sauf pour 2 d’entre eux… comment vivre avec cette épée de Damoclès; comment comprendre que 2 élèves sont épargnés ? comment vivre tout court ?

Les pages se tournent vite, on s’attache aux personnages, à leur île, à leur tranquillité, à leur innocence, et on a peur pour eux.

Le trait est poétique, vraiment beau.

Indice de tentation : très fort !

Laissons parler les bulles :

 

Somali et l’esprit de la forêt

Auteur : Yako Gureishi

Maison d’éditions : Komikku

Nombre de tomes: 2, en cours

Parus en France : 2 tomes

Pitch : Depuis que le monde est dominé par les créatures non-humaines, les hommes en sont réduits à mener une existence clandestine pour échapper à la persécution sans répit des nouveaux maîtres.
Un jour, un golem, gardien des forêts, recueille une fillette appartenant à cette race humaine en voie d’extinction et décide d’entreprendre avec elle un périlleux voyage à travers les contrées.
Ainsi commencent les aventures de cet étrange duo dépareillé, mais uni par un attachement quasi filial.

Mon avis : Une jolie claque que ce titre. Les dessins sont époustouflants de détails et de précision, tout simplement superbe.

Il n’y a plus d’humains dans le monde de Somali : elle est la dernière. C’est un golem à qui il ne reste que peu de temps de vie qui décide, sans trop savoir pourquoi, de la sauver.

La sauver d’accord mais pour aller où ? Nous suivons donc ces deux personnages très différents dans leur pèlerinage, croisant différentes personnalités, différentes créatures.

La fragilité de Somali et la force de son protecteur donne lieu à des scènes vraiment belles, très fortes en émotions.

Il ne s’agit pas d’un manga d’aventures, mais, en tout cas pour ce premier tome, il s’agit tout simplement de suivre somali et son esprit protecteur dans leurs pérégrinations.

C’est un manga d’exploration, qui s’intéresse aux fées, à leurs coutumes, à l’histoire de ce monde, le mode de narration est lent et contemplatif. Et j’ai adoré ça !

Indice de tentation : intense.

Laissons parler les bulles :

 

Assassins

Auteur : Hirohisa Sato

Maison d’éditions : Komikku

Nombre de tomes : terminées en 3

Parus en France : 3 tomes

Pitch : À la suite d’une sombre affaire, Hitomi a perdu son mari et se prostitue pour pouvoir élever son fils Jinsuke, 10 ans. Malheureusement, un soir, Hitomi est froidement abattue dans son appartement, sous les yeux de Jinsuke. Celui-ci échappe de justesse à la mort grâce à l’intervention de la jeune et mystérieuse voisine, mademoiselle Suzuki, qui est en fait une tueuse professionnelle aussi discrète qu’efficace.

Elle recueille et protège le garçon, mais très vite ils se retrouvent pourchassés par la police pour une raison inconnue. Leur cavale commence et la situation est loin d’être évidente pour Suzuki, peu réjouie à l’idée de s’occuper d’un orphelin encore traumatisé par ce qui vient de lui arriver.

Mon avis :

Cette série est un peu le film Léon, vu du Japon. Le premier tome jette les bases d’un récit qui va suivre un garçon de 10 ans, qui perd son père puis sa mère, tous deux assassinés, recueilli par une tueuse qui semble être adolescente, ou jeune adulte.

Le premier tome se concentre sur leur relation. De constructions assez classique, ce manga, en 3 tomes, est agréable à lire.

Je lirai la suite car c’est une série courte.

Je me suis laissée entraîner, et j’ai envie de connaître l’évolution des personnages, mais je m’aperçois en écrivant cet avis qu’il m’est difficile de détailler ma chronique, tout simplement parce que le tome est introductif, présentant tout simplement ce qui est écrit sur la 4ème de couverture.

A suivre pour assouvir ma curiosité, et voir si l’auteur sort dans les deux derniers tomes des sentiers battus.

Indice de tentation : fort.

Laissons parler les bulles :

 

indexDimension W

Auteur : Yuji Iwahara

Maison d’éditions : Kioon

Nombre de tomes : 12, en cours

Parus en France : 11

Pitch : Kyoma est un chasseur de prime d’un genre nouveau. Dans un monde où des bobines électromagnétiques appelées coils fournissent une énergie inépuisable, cet amoureux des machines à l’ancienne, qui ne roule que dans des voitures à essence, est spécialisé dans la récupération des générateurs qui circulent illégalement.

Au détour d’une de ses affaires, il croise son parfait opposé – une mystérieuse prisonnière dont le destin semble intimement lié aux coils. Kyoma, qui a des raisons bien personnelles de se méfier de cette énergie miraculeuse, est contraint de la recueillir malgré sa méfiance.

Mon avis : Il y a dans ce manga des influences multiples, que l’on ressent mais dont on ne retient que le côté positif. Aucun copié collé dans ce premier tome, mais des éléments jetés à notre esprit pour mieux le faire fonctionner et s’extasier.

Entre Gunnm, Cowboy Bebop, et Chobits, sur un papier épais et presque granuleux, Kioon édite un titre inspiré sur le dessin du comics. Cru, violent, mais plein d’humour et de petits clins d’œils kawaï, je me suis laissée entraîner et convaincre alors que j’étais certaine que le titre ne me plairait pas.

Ces rencontres sont les plus belles, celles auxquelles vous ne croyez pas mais qui vous séduisent malgré tout.

Je lirai la suite.

Indice de tentation : très fort !

Laissons parler les bulles:

Publicités

4 commentaires sur « Le coin des mangas #8 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier »

  1. Super sympa ton article, je note les deux premiers mangas que je ne connaissais pas 🙂 Sinon j’ai déjà lu Assassins que j’ai beaucoup aimé (il me reste le troisième et dernier tome à lire^^). Et pour Dimension W, pour ma part j’ai visionné l’anime et j’ai bien aimé l’univers, sans que ça soit un coup de coeur pour le moment, trop de choses encore en suspend ! Je n’ai pas essayé le manga papier par contre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s