Zoothérapie : Le pouvoir thérapeutique des animaux de José Sarica (avec la collaboration de Nassera Zaïd)

index

Zoothérapie : Le pouvoir thérapeutique des animaux

Auteur: José Sarica (avec la collaboration de Nassera Zaïd)

Maison d’éditions: Arthaud

Nb de pages: 205 pages

Illustration de couverture : Thomas Carlgren / Bildhuset / plainpicture

 

Le pitch :

Et si les animaux pouvaient nous aider à nous soigner ? Nous le savons tous intuitivement, les animaux nous font du bien : leur confiance, leur présence affectueuse, leur amour dénué de jugement sont une source de réconfort au quotidien. Depuis plus de trente ans, aux Etats-Unis et au Canada, des scientifiques utilisent ce lien bénéfique comme outil thérapeutique auprès d’enfants et d’adultes en souffrance. La zoothérapie était née. Déprime profonde, anxiété, autisme, déficit de l’attention, maladies chroniques, troubles alimentaires, maladie d’Alzheimer, abus sexuels ou violences conjugales, la zoothérapie permet de créer un cadre favorable au traitement des maladies mentales ou physiques et contribue au mieux-être des patients. Formé au Québec, José Sarica exerce la zoothérapie depuis plus de sept ans et témoigne de sa pratique avec son chien Chico et des « petits miracles » réalisés auprès d’adultes et d’enfants en souffrance. Un témoignage unique et bouleversant sur les bienfaits d’une pratique encore méconnue en France.

Mon avis :

Merci aux Éditions Arthaud et à Babelio, puisque j’ai pu lire ce livre dans le cadre d’une opération « Masse critique ».

Pourquoi ce livre ?

Il s’agit d’un type de lecture inédit pour ce (très) modeste blog, mais d’une envie qui est venue très naturellement pour moi qui aime énormément les animaux, et qui croit dans le bienfait de la relation humain – animal.

En France pourtant, la zoothérapie me semble assez peu développée. Il faut chercher dans les pays anglo-saxons pour y voir un développement de pratiques psychiatriques et psychologiques un peu avancées et osées. C’est le cas également pour la criminologie ou la victimologie.

Je ne suis donc pas sûre que je me serais intéressée à un livre lambda traitant du sujet : ce qui m’a attirée ici, c’est l’aspect professionnel du livre, la pratique de son auteur, de nationalité canadienne et donc thérapeute usant de cette approche.

Ce que j’espérais trouver ? Un retour d’expérience sur la zoothérapie, les milieux dans lesquels elle s’inscrit ou s’utilise le mieux, la façon de la pratiquer au plus proche de chacun des intervenants.

Ce que j’y ai trouvé ? Tout ça, mais aussi le regret confirmé de ne pas voir cette pratique thérapeutique plus développée en France.

Dans le cadre de mon métier, je suis amenée à fréquenter toutes les catégories de la population, des plus démunis au plus aisés, des personnes handicapées ou valides, des personnes libres ou détenues…

Je me suis toujours dit qu’intégrer les animaux dans la vie de personnes isolées, par exemple en détention, permettrait d’aider à la réinsertion. Compte tenu du fait que s’occuper de la prison, des gens qui y sont, n’est pas très populaire, c’est une idée qui a peu de chance d’aboutir, mais que ce livre m’a donné envie de creuser…

Avant d’arriver à cette catégorie particulière de la population, aider nos personnes âgées, nos personnes plus ou moins invalides, quel que soit leur âge, avec des animaux, cela serait déjà un bel objectif à atteindre.

Ma lecture :

Le livre débute par deux chapitres introductifs, « Pourquoi un livre sur la zoothérapie » et « Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte ».

Ces chapitres sont suivis par trois parties.

La première, « Qu’est-ce que la zoothérapie », décrit de façon didactique, avec de nombreuses références bibliographiques, la pratique de la psychologie par l’intermédiaire de l’animal.

Histoire, définitions, le tour est assez clair et complet.

La deuxième partie, « Histoires vécues : mes patients, mon chien et moi », relate plusieurs expériences vécues par l’auteur. Retraités isolés, femmes battues, enfants neuro-atypiques : avec son chien Chico, un petit bichon blanc, qu’il a dû adopter en vue de sa formation à Montréal, l’auteur a appris à gérer différents cas.

Chico est arrivé par erreur dans la vie de son maître, qui pensait avoir acquis une petite femelle.

Une erreur qui sonne le début d’une jolie équipe : la zoothérapie, c’est d’abord de l’éducation, canine dans ce cas, animale dans tous, puisque le thérapeute doit choisir l’animal avec lequel il formera un binôme de travail.

Il faut apprendre à se connaître, gérer les humeurs adolescentes de votre compagnon, puis savoir comprendre quand il est prêt à passer au travail.

Ces premières étapes sont décrites, puis les histoires se succèdent, faisant toucher du doigt le champ des possibles de cette méthode thérapeutique.

La dernière partie, « L’Antarctique, la zoothérapie grandeur nature », expose une mission effectuée par l’auteur en tant que naturaliste et conférencier : confronté à des espèces animales sauvages, il développe sur le thème « doit-on forcément avoir un contact physique avec l’animal pour tirer un avantage bénéfique à sa fréquentation ? ».

J’ai trouvé cette lecture intéressante.

Le point négatif est celui que je trouve dans la plupart des bouquins de « développement personnel » ou de psychologie destiné au « grand public » : écrit à la première personne, j’ai parfois l’impression de quelque chose de forcé sur la partie « histoires vraies »…

Il est néanmoins très compliqué d’écrire son histoire, et de témoigner sur des pratiques thérapeutiques dont on veut faire la promotion sans parfois tomber dans le dithyrambique.

Néanmoins, ce bémol doit être pris avec des pincettes, puisque c’est généralement quelque chose qui me heurte. Cela tient peut-être à de la pudeur, ou à quelque chose de très classiques qui veut que quand on entend quelqu’un qui parle de soi, on a une tendance facile à trouver qu’il se vante, ou présente en tout cas les choses sous un jour favorable : bref, tout ça pour vous dire que je ne suis pas sûre que ce point négatif le soit vraiment !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s