Les Enfants de Peakwood de Rod Marty

5147tax1bhL._SX329_BO1,204,203,200_

Les Enfants de Peakwood

Auteur: Rod Marty

Maison d’éditions: Scrineo

Nb de pages: 384 pages

Illustration de couverture : Aurélien Police

 

 

Le pitch

Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ?
D’où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d’autres commencent-ils à agir étrangement ?
Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler…
Félicitations, la mort vous offre une seconde chance…

Prix des Halliennales 2016 – Prix littéraire des chroniqueurs web 2016 – Finaliste pour le Prix des Imaginales des Lycéens 2017

Mon avis

J’ai découvert ce livre avant même sa sortie : une couverture attirante, un résumé intrigant, il avait tout pour me séduire, moi qui suis si fan des univers mystérieux, fantastico-policiers…

Je l’ai même précommandé.

J’ai mis du temps à le lire, malgré les très bons avis lus sur ce roman, et c’est finalement Margaud liseuse et son appréciation dithyrambique du bouquin qui m’a décidée. En plus, l’auteur sera aux Imaginales !

De l’importance du mystère:

Il ne faut pas trop en dire, car en dire un peu, ici c’est en dira beaucoup.

Les premières lignes du livre m’ont presque fait regretter d’être, justement, les premières, car on devine du coup ce qui se profile.

Cependant, je pense très honnêtement que c’est une volonté de l’auteur : nous donner les clefs de ce qui se passe pour augmenter le stress face à l’inéluctabilité de ce qui va se produire : évidemment, cela fait partie des questions que je vais me faire un plaisir de lui poser quand je le rencontrerai pour acquérir son prochain livre ! 🙂

Le drame arrive, dès les premières pages, au détour d’une journée ordinaire, alors même que l’on comprend l’énervement du premier protagoniste présenté, confronté à une horde de jeunes enfants déchaînés par l’excitation d’une sortie scolaire

Rien n’est dit néanmoins sur les circonstances de ce drame, seules sont exposées entre nos mains pétrifiées ses lourdes conséquences, qui semblent tout à coup disparaître.

Un semblant tout de même car quelques uns sont dépositaires du secret, gardiens de la douleur incommensurable lâchée comme une bombe dans ces premières pages décisives.

Et la suite ? J’y ai vu, du fait de mes influences littéraires, un superbe hommage à l’œuvre de Stephen King. De situations anodines, ou plus marquantes, Rod Marty a su comme le roi sortir les sentiments humains les plus variés : cruauté bien sûr, mais aussi solidarité, humanité et amour (filial ou sentimental).

Atmosphère, atmosphère … (vous connaissez la suite !) :

Malgré cette sensation d’hommage, pas de sentiment néanmoins de déjà-vu, le roman est parfaitement original. L’écriture est fluide, on rentre vite dans l’histoire, et on a du mal à reposer le livre.

L’auteur parvient à mélanger le fantastique grâce à un hommage touchant à la culture indo-américaine, qui donne d’ailleurs envie d’en savoir plus, et un réalisme qui s’expose au travers des protagonistes.

Mon autre question était d’ailleurs : pourquoi situer l’intrigue aux USA ? La réponse découle tout naturellement de la lecture du livre. Parce que sinon Rod Marty n’aurait pas eu les ingrédients et la crédibilité nécessaires à la mise en place de l’intrigue.

En quelques pages, dans un bouquin destiné a priori à la jeunesse, l’auteur parvient à ne pas édulcorer la violence du monde adolescent, des sentiments et de la sensation de perte.

L’atmosphère est parfois glaçante, mais l’aura dégagée par ce roman est attractive…

Étude du deuil, du basculement de l’âme humaine vers ses plus noirs travers, mais également de la capacité à y résister, « Les enfants de Peakwood » s’est déjà, pour moi, hissé au rang des incontournables de la littérature fantastique et prouve que jeunesse ou pas, la littérature est destinée à tous.

Publicités

2 thoughts on “Les Enfants de Peakwood de Rod Marty

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s