Gardien des cités perdues, tome 1, de Shannon Messenger

index

Gardien des cités perdues, tome 1

Auteur: Shannon Messenger

Maison d’éditions: Pocket / PKJ

Nb de pages: 517 pages pour l’édition GF

Illustration de couverture : Jason Chan

 

 

 

Le pitch:

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde.

Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

 

Mon avis:

 

Je crois bien que c’est l’enthousiasme de Saefiel qui m’a donné envie de lire ce livre.

J’ai hésité à me lancer dans la saga, trop souvent présentée, pour moi, comme le successeur de Harry Potter. Je n’aime pas cette tendance que nous avons, presque systématiquement, à comparer nos lectures à d’autres.

Le maître étalon pour la fantasy c’est Tolkien, pour la SF 1984, pour la littérature blanche les écrivains du 19ème siècle… bref, vous avez saisi !

Je cède parfois moi-même aux sirènes de la catégorisation, à mon grand désespoir, et je me morigène tout de suite pour mon étroitesse d’esprit.

Ce doit être dans un de ces moments là que je me suis dit : allez, je l’achète d’occasion, comme ça, no regrets !

Et ? Bah, no regrets.

La force de l’univers inventé par l’auteure

Une des forces de ce roman, c’est sa mythologie.

Shannon Messenger a décidé de se réapproprier totalement Féerie, en faisant des Elfes les maîtres d’un univers parallèle à celui des humains.

Les créatures animales et magiques sont connues, mais répondent à des dénominations et à des descriptions physiques totalement réinventées, mais dont certaines particularités nous rappellent les créatures que nous avons découvertes dans nos contes et fables.

Nous croisons aussi des dinosaures, aux couleurs et aspects improbables. Dans ce livre, le lien avec les créatures est très important

Les Elfes sont en réalité les dépositaires d’un savoir millénaire, immortels, et ont décidé de se faire oublier des humains, dont ils réprouvent les tendances autodestructrices.

Évidemment, certains d’entre eux les considèrent également comme une espèce inférieure.

Leurs connaissances et leur expérience leur a permis de développer des technologies extrêmement avancées, et d’apprendre à se servir de capacités neurologiques dont les humains n’ont encore aucune appréhension.

Ces capacités sont telles qu’elles font penser à de la magie, mais ne seraient en réalité que de la science.

Sophie n’a absolument aucune idée de l’existence de ce monde.

Elle se bat pour vivre une vie la plus normale possible, et c’est très dur pour elle qui a un peu plus de 12 ans est déjà au lycée, et entend les pensées de ses camarades tout en le cachant à ses parents.

La vie n’est pas simple, mais c’est la sienne, celle qu’elle mène avec ses parents, sa sœur qu’elle a du mal à supporter et son chat adoré.

Alors que des incendies se déclenchent un peu partout dans Londres, et qu’une étrange paranoïa s’installe dans l’esprit de Sophie, qui a peur d’être suivie, elle rencontre un jour un garçon, Fitz, légèrement plus âgé qu’elle, qui connaît ce qu’elle cache à tous depuis des années.

Fitz, quant à lui, la cherche depuis longtemps, et décide de lui révéler le secret de ses origines, ou en tout cas ce qu’il en connaît.

C’est le moment pour Sophie de retrouver le monde des Elfes, qu’elle n’a jamais connu.

Une écriture forte et des personnages attachants :

L’univers est donc particulièrement intéressant puisqu’il s’agit de rationaliser ce que beaucoup d’auteurs (pour mon plus grand plaisir, le plus souvent) résolvent par un recours à la magie, qui facilite quand même grandement la vie !

Mais ce qui m’a le plus séduit dans ce livre, c’est le réalisme de la psychologie des personnages, des enfants / adolescents en particulier.

Bien sûr, on n’échappe pas à certains clichés, ce qui est par ailleurs tout à fait normal dans un tome introductif, au terme duquel les personnages doivent être rapidement assimilés par les lecteurs et collent de ce fait à certains classiques du genre « écolier » : la peste, le beau gosse, le beau gosse insolent, le meilleur ami …

Mais des indices de ci de là nous font sentir que nous sommes à la surface de psychés beaucoup plus complexes.

Le sentiment de détachement de Sophie du fait de sa différence, ses difficultés d’intégration, la souffrance de devoir tout quitter pour affronter une nouvelle vie … l’auteure m’a tiré des larmes.

L’émotion que Shannon Messenger fait naître surgit plus d’une fois au cours des pages. Elle est d’une palette extrêmement large.

Elle décrit les sentiments de ses protagonistes d’une façon extrêmement juste. Il y a une réelle profondeur tout au long de ces pages.

Les péripéties, l’apprentissage de sa nouvelle vie par Sophie, tout cela s’enchaîne fluidement et on y croit.

Le monde prend vie dans notre esprit, surtout à mon sens parce qu’on voit toutes les personnes et les créatures évoquées par l’auteure prendre vie, et qu’ils ne pourraient vivre ni ailleurs ni autrement.

C’est dommage de réduire ce roman à un nouvel Harry Potter. Gardien des cités perdues a presque sa personnalité propre, sa propre vie, et mérite d’être considéré comme un grand roman tout simplement.

Un héritier, peut-être mais pas un remplaçant ou un nouvel Harry Potter.

Juste une saga pour petits et grands comme je les aime. Très très fort.

Challenge-A-la-recherche-de-Faerie

Publicités

Un commentaire sur « Gardien des cités perdues, tome 1, de Shannon Messenger »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s