La Tétralogie des Origines T.1 : Le Château des Millions d’Années de Stéphane Przybylski

index

Le pitch:

Juin 1939.
Heinrich Himmler diligente une mission archéologique en Irak dans le but officieux de s’allier les populations locales afin de saper l’influence britannique et préparer l’avènement d’un nouvel ordre mondial…
Au sein de cette expédition qu’il dirige en sous-main, l’officier SS Friedrich Saxhäuser.
Héros de la Grande Guerre, agent naviguant dans les eaux troubles des divers services de renseignement du Reich, ce soldat hors normes a lié son destin à celui d’Adolf Hitler depuis le putsch manqué de Munich en 1923. Or, dans la vallée d’un affluent du Tigre, Saxhäuser met bientôt au jour l’impensable, une découverte si vertigineuse qu’elle pourrait bien changer la donne dans le conflit qui s’annonce… Mais encore faut-il pouvoir acheminer pareille trouvaille jusqu’en Allemagne. Et d’ailleurs, Saxhäuser le veut-il vraiment ?

Mon avis:

C’est un relativement court roman qui nous est proposé là: 336 pages.

Je suis habituée aux pavés, j’adore ça: les histoires qui prennent leur temps, les univers et les personnages développés …

Mais le pitch de ce bouquin avait de quoi m’attirer: j’ai toujours été fascinée par la seconde guerre mondiale et ce qui l’entoure, que ce soient les mythes ou sa cruelle réalité.

J’ai aimé Captain America pour ça, Hellboy également (vous l’aurez compris, pour l’approche « mystique » du nazisme) … mais aussi la Liste de Schindler, les témoignages de cette période trouble, les films plus manichéens comme Monsieur Batignole (cette fois-ci pour un abord plus « réaliste »)…

Bref, c’est une période fascinante par sa violence, la volonté de toute une partie de la population de vivre normalement malgré les horreurs qui se déroulaient sous ses yeux, par les choix faits par nos ancêtres dans cette guerre, par le fait que justement personne n’était blanc ou noir, malgré la vision que l’on a voulu en donner pendant des années.

Je suis de ceux qui ont conscience que cela ne fait qu’une petite dizaine d’années que nous avons le recul nécessaire pour prendre conscience de l’horreur d’avoir rasé les cheveux des femmes soupçonnées de collusion avec les Allemands, prendre conscience de ce que personne n’a tenté de sauver Jean Moulin parce qu’il pouvait gêner Londres de par ses accointances communistes, de ce que les Allemands n’étaient pas tous dans le camp d’Hitler et ravis de ce qu’ils leur faisaient faire.

Je suis de ceux qui peuvent néanmoins comprendre les réactions vives des français pendant et à la sortie de la guerre, car après tout qu’aurions nous fait ?

Il faut écouter la magnifique chanson de Goldman et ses comparses pour s’en convaincre.

Bref, la seconde Guerre Mondiale m’attire encore : nous en apprenons tous les jours, et c’est la magie de l’Histoire. Rien n’est acquis, et tout dépend de la lecture de celui qui vous l’apprend et de celui qui la reçoit … comme lorsqu’on lit un roman finalement.

La quatrième de couv’ me promettait un voyage côté Hellboy et Captain America car oui les nazis ont profité de la Grande Guerre pour effectuer des expériences de tous ordres: médicales, mystiques …

Des millions ont été dépensés pour retrouver des artefacts supposés donner aux Nazis la force suprême et le pouvoir d’établir la suprématie nazie sur Terre.

Des expériences médicales ont porté leurs fruits, de grandes avancées médicales ont été effectuées, dont on a aujourd’hui honte car après tout elles ont été effectuées grâce à la torture …

D’autres n’ont rien données car après tout le surnaturel n’existe pas… En sommes-nous si sûrs que cela ?

C’est de ce postulat que nous partons.

L’aventure de Saxhäuser débute pour le lecteur en 1937. Saxhäuser est un des plus zélés serviteurs du ReichsFührer, un homme froid, calculateur, qui ne pense qu’à son bien-être, et qui a vite appris à ne rien ressentir en faisant son boulot de tueur.

Le récit est émaillé d’ellipses temporelles, et de retour dans le passé pour comprendre un peu le chemin de cet autrichien qui n’a rien imaginé d’autre que l’armée pour s’extraire de sa condition de fils de miséreux, et qui en a beaucoup voulu à la France lorsque celle-ci a privé l’Allemagne de la plus grande partie de son armée, et donc Saxhäuser de ses possibilités d’évolution.

Ces ellipses comme ces flashbacks sont très bien amenés; et nous ne sommes jamais perdus.

Cela rend les personnages plus humains, ce qui est nécessaire car après tout, l’auteur prend le parti de nous faire suivre les nazis, donc pas les protagonistes les plus glorieux d’un point de vue moral,  ou idéologique tout simplement …

Le début du roman est typique d’un roman historique, avec cette différence que l’on remonte aux origines du mouvement nazi, quand Hitler n’était qu’un obscur orateur dans une brasserie d’un quartier pauvre.

Nous rencontrons, en même temps que lui et Saxhäuser, ceux qui l’accompagneront jusqu’à la fin. (Himmler, etc…)

Saxhäuser est donc mêlé à la Grande Histoire, et développe la sienne propre … la sienne propre, vraiment ? Saura t’il s’extraire de l’ombre du führer, homme superstitieux entre tous qui fait de lui sa bonne étoile ? Saura t’il trouver sa voie, et le veut-il seulement ?

Saxhäuser est-il heureux de son rôle de tueur froid, d’exécuteur des basses œuvres ?

De la tentative de putsch à la nuit des longs couteaux, Saxhäuser suit donc Hitler, suit ses ordres et son idéologie jusqu’à cette mission dans le désert Irakien.

C’est un pan de l’histoire nazie que l’on connaît peu, mais eux qui prônaient la supériorité de la race aryenne n’ont pas manqué de tenter de trouver des soutiens auprès du Moyen et Proche Orient.

Saxhäuser est envoyé dans le désert avec un archéologue aveuglé par l’idéologie nazie …

Tout ne sera pas si simple, et je dois dès lors vous renvoyer à la quatrième de couverture pour ne pas spoiler plus avant.

Sachez en tout cas que c’est cette arrivée dans le désert qui va petit à petit amener les éléments fantastiques du récit.

Ces éléments sont distillés par petites touches et par des incursions dans l’esprit des entités qui ont placé, volontairement ou non, la trouvaille qui sera faite par Saxhäuser et son nouvel ami, découverte destinée à changer le court de l’Histoire.

Qui sont ces entités ? Que veulent-elles ? Ont-elles guidé Saxhäuser, ou est-ce Hitler qui a raison et notre destin est-il tout tracé ?

Ces entités accepteront-elles que l’objet mystérieux leur soit soustrait ?

C’est un tome d’installation, clairement : on n’a aucune idée de ce que l’auteur veut faire de toutes ses pièces une fois posées sur l’échiquier.

Et c’est très excitant.

On ouvre ce livre en partant sur un roman historique, avec une admiration chevillée au corps et à l’esprit devant l’érudition de l’auteur. Cette érudition est certaine, mais n’alourdit jamais le récit.

Nous apprenons ou nous réapprenons l’Histoire, et nous nous attachons en parallèle à des personnages forts et bien plus profonds qu’il n’y paraît.

Ces personnages ne sont pas forcément aimables, ils sont durs, ou trop mous, tous partis dans une idéologie trop grandes pour eux, mielleux pour la plupart, perdus par la personnalité d’Hitler …

Mais en réalité, ils sauront tous nous surprendre à leur façon.

Et enfin, petit à petit, l’intrigue s’épaissit pour s’éloigner des standards historiques, et nous voilà partis dans un récit d’espionnage, mêlant courses-poursuites, courses contre la montre, trahisons, et révélations à l’échelle planétaire …

J’ai fait appel à toute ma volonté pour me convaincre d’attendre les Imaginales pour acheter la suite … allez, plus que deux semaines et demi !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s