Le coin des mangas #4

BLACK BIRD de Kanoko Sakurakôji

index4     ≈>    51sO2nKXNpL._SX318_BO1,204,203,200_

Le pitch:

Pas facile de vivre comme les autres quand on possède la capacité de voir les esprits et que ces derniers ont décidé de s’amuser à vos dépens. Misao Harada a appris à supporter cet étrange quotidien en se remémorant Kyô, un petit garçon qui voilà dix ans la protégeait de ces créatures. Un premier amour qui réapparait dans sa vie sans crier gare la veille de ses 16 ans ! Le jour de son anniversaire, un yôkai lui fait une révélation surprenante : à partir de ce jour, si un monstre boit son sang, il prolonge sa durée de vie ; s’il mange sa chair, il devient immortel et s’il fait d’elle sa femme, il assure la prospérité de son clan !

Mon avis:

Un shôjo? Pas seulement. Comme souvent, bien que moins fréquemment dans le cadre des mangas, la catégorisation n’est pas toujours la bonne et il est dommage qu’elle soit considérée comme obligatoire.

Le pitch de base est assez classique, et franchement, j’ai abordé cette série en me disant que j’aurais sûrement affaire à un tango amoureux pendant 10 longs tomes avant qu’ils se décident enfin à se rendre compte qu’ils sont accrocs l’un à l’autre.

Et peut-être même qu’il y aurait un petit triangle amoureux en prime…

Eh bah voilà, il faut arrêter les pré-ju-gés !!!!!!

Ce manga est un vrai coup de cœur. J’ai dévoré chaque tome, et j’ai été contrainte de tous les acheter (ouais malgré les problèmes de sous, mais l’attrait était irrésistible).

Heureusement, l’auteure ne tarde pas dans la révélation des sentiments des personnages: Kyo débarque dans la vie de l’héroïne à un moment où elle est particulièrement fragile.

Les Yokaï, qu’elle voit depuis toute petite et avec lesquels elle a malgré tout appris à vivre, deviennent de plus en plus violents à son égard.

Elle rencontre d’abord Kyo comme étant son nouveau voisin… un étrange lien semble les unir.

Elle se rend ensuite compte que Kyo est son nouveau professeur de mathématiques … et qu’il essaie de la séduire malgré son statut de lycéenne.

Misao ne se rappelle pas de toute son histoire avec Kyo, bien qu’elle sente un lien particulier entre eux.

Et ce lien, malgré son absence de souvenirs, va vite s’éclaircir: nous savons dès le début que l’amour qui va unir ces deux personnages sera fort et ne sera pas le seul sujet de la série.

Rapidement, l’auteure développe la mythologie des Yokaï, les luttes de clans entre ces démons, les alliances qui peuvent néanmoins se forger.

Alors que les humains sont des proies, le rôle de Misao est rapidement distinct de celui du commun des mortels.

Se posera alors la question de son intégration dans un monde qu’elle ne connaît pas, sanglant, et dur… dans lequel elle va apporter un peu de son humanité.

Misao va être mêlée aux luttes de pouvoirs de son amour et amant et sa vie sera menacée.

C’est avant tout une histoire fantastique, puisque les Yokaï sont intégrés au monde des humains et la plupart n’en ont même pas conscience.

C’est l’occasion pour l’auteure, outre de mettre en œuvre de superbes scènes d’amour, teintées d’un érotisme très artistique, de développer des thèmes profonds autour de la fraternité et des luttes qui ne l’épargne hélas pas.

Le couple Kyo / Misao peut également être très drôle, ce qui compense la dureté des thèmes abordés: ils sont touchants, très réalistes, et apprennent à se connaître tout au long de ces 18 tomes.

Kyo est le chef de son clan et Misao doit devenir son épouse: si d’habitude ces mariages sont de raison, le seul moyen pour un clan de Yokaï d’obtenir un grand pouvoir, il s’agit ici d’un amour pur, ce qui entraîne des difficultés politiques et relationnelles.

La confrontation d’une ado de 16 ans à la révélation d’un grand amour auquel elle ne peut ni ne veut échapper, à la révélation de son statut d’épouse de chef de clan est l’occasion pour l’auteure d’évoquer aussi la difficulté de passer à l’âge adulte et de s’éloigner de ses parents pour construire son propre avenir et sa propre famille.

Les dessins sont en outre superbes, très fins, et délicats.

Vous aurez compris que ce manga est un véritable coup de cœur pour moi, que je vous conseille vivement.

Publicités

4 thoughts on “Le coin des mangas #4

  1. Contente que tu sois de retour coupine Pataaaaaaaaaaate ! ❤
    Ca l'air sympa, mais je sais pas trop si c'est dans mon délire… On verra j'y jetterai peut-être un coup d'oeil la prochaine fois que je passe à la librairie 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s