Le coin des BD / Comics #2 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier

Hey mes bookaholics !

Et si je partageais avec vous mon avis sur les premiers tomes de comics, ou BDs, qui m’ont donné envie de continuer ? Sur le même mode que dans le coin des mangas !

Au programme aujourd’hui, 6 séries différentes agrémentées de leur machiavélique « indice de tentation ».

  • Monstress : indice de tentation intense ! (je poursuivrai la série à chaque parution sans attendre)
  • I hate Fairyland : indice de tentation très fort (je vais très certainement poursuivre la série, parce que rire c’est bien)
  • Jupiter’s Legacy : indice de tentation très fort (même feeling les loulous ! Le rire en moins)
  • Wayward : indice de tentation fort (fun, un peu cliché, mais tentant quand même …)
  • Coffin Hill : indice de tentation fort (l’éditeur a décidé pour moi, pour le moment …)
  • The Woods : indice de tentation fort (un peu cliché mais accrocheur…)

Je vous laisse découvrir la suite ! 🙂

Lire la suite « Le coin des BD / Comics #2 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier »

Le coin des mangas #8 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier

Hey mes bookaholics !

Concernant les mangas, on commence souvent une série inachevée, ce qui peut rendre frileux : il y a de très longues séries.

Pour accrocher et garder le lecteur, le mangaka doit le séduire dès le premier tome, à charge pour lui ensuite de transformer l’essai et de produire une série de qualité.

Je me suis dit que j’allais partager avec vous mon avis sur des premiers tomes et peut-être vous accrocher aussi !

Au programme aujourd’hui, 4 séries différentes agrémentées de leur machiavélique « indice de tentation ».

  • Somali et l’esprit de la forêt : indice de tentation intense ! (je poursuivrai la série à chaque parution sans attendre)
  • Dernière Heure : indice de tentation très fort (je vais certainement poursuivre la série)
  • Dimension W : indice de tentation très fort (même feeling les loulous ! bah oui, même indice !)
  • Assassins : indice de tentation fort (moins tentant, quoique …)

Je vous laisse découvrir la suite ! 🙂 Lire la suite « Le coin des mangas #8 : un premier tome pour les séduire et dans la tentation les lier »

Ginny Moon de Benjamin Ludwig

51Cj+ovf-NL._SX309_BO1,204,203,200_

Ginny Moon

Auteur: Benjamin Ludwig

Maison d’éditions: Harper Collins

Nb de pages: 432 pages

Illustration de couverture : hej!jeannne

 

 

Le pitch

Pour la première fois de sa vie, Ginny  Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l’entourer. Le foyer dont n’importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14  ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s’occuper d’elle  ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir  ?
C’est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s’entraîne pour le tournoi de basket de l’école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près  : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle  : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et à l’ananas et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s’occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.
Avec les moyens limités et pourtant redoutables d’une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

Benjamin Ludwig, lui-même parent adoptif d’une adolescente autiste, nous offre avec  Ginny  Moon  un premier roman d’apprentissage émouvant, tendre et drôle, une plongée dans l’univers mental d’une enfant prisonnière des limites du langage, mais bien déterminée à parvenir à ses fins. On rit, et on retient son souffle jusqu’à la fin. Une petite merveille.

 

Mon avis :

Je remercie les éditions Harper Collins et Babelio qui m’a sélectionné dans le cadre d’une masse critique. Je les remercie d’autant plus compte tenu de la qualité de cette lecture. Lire la suite « Ginny Moon de Benjamin Ludwig »

Zoothérapie : Le pouvoir thérapeutique des animaux de José Sarica (avec la collaboration de Nassera Zaïd)

index

Zoothérapie : Le pouvoir thérapeutique des animaux

Auteur: José Sarica (avec la collaboration de Nassera Zaïd)

Maison d’éditions: Arthaud

Nb de pages: 205 pages

Illustration de couverture : Thomas Carlgren / Bildhuset / plainpicture

 

Le pitch :

Et si les animaux pouvaient nous aider à nous soigner ? Nous le savons tous intuitivement, les animaux nous font du bien : leur confiance, leur présence affectueuse, leur amour dénué de jugement sont une source de réconfort au quotidien. Depuis plus de trente ans, aux Etats-Unis et au Canada, des scientifiques utilisent ce lien bénéfique comme outil thérapeutique auprès d’enfants et d’adultes en souffrance. La zoothérapie était née. Déprime profonde, anxiété, autisme, déficit de l’attention, maladies chroniques, troubles alimentaires, maladie d’Alzheimer, abus sexuels ou violences conjugales, la zoothérapie permet de créer un cadre favorable au traitement des maladies mentales ou physiques et contribue au mieux-être des patients. Formé au Québec, José Sarica exerce la zoothérapie depuis plus de sept ans et témoigne de sa pratique avec son chien Chico et des « petits miracles » réalisés auprès d’adultes et d’enfants en souffrance. Un témoignage unique et bouleversant sur les bienfaits d’une pratique encore méconnue en France.

Mon avis :

Merci aux Éditions Arthaud et à Babelio, puisque j’ai pu lire ce livre dans le cadre d’une opération « Masse critique ». Lire la suite « Zoothérapie : Le pouvoir thérapeutique des animaux de José Sarica (avec la collaboration de Nassera Zaïd) »

Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent Del Socorro

index1

Royaume de vent et de colères

Auteur: Jean-Laurent Del Socorro

Maison d’éditions: Actusf / Le livre de poche

Nb de pages: 280 pages / 285 pages

Illustration de couverture : Milek Jakubiec

 

 

Le pitch

Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi. A La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme. Les pions sont en place. Le mistral se lève. La pièce peut commencer.

 

Mon avis

Ce court roman a été écrit par un virtuose des mots, qui nous démontre que lyrisme ne signifie pas forcément mots datés et compliqués. Lire la suite « Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent Del Socorro »

Les enfants d’Erebus de Jean-Luc Marcastel

Les Enfants d’Erebus tomes 1, 2 (Nymphose), et 3 (Imagog

Auteur: Jean-Luc Marcastel

Maison d’éditions: Scrineo

Nb de pages: 316 pages, 380 pages, 540 pages

Illustration de couverture : Fotolia

 

Le pitch

Paris, 1935. Lorsqu’un inconnu débarque chez l’explorateur Armand de Carsac dans l’intention de voir un étrange obélisque, Jade, âgée de 16 ans, comprend que son père ne lui a pas tout dit de l’expédition Antarctique, qui se solda par un échec cuisant quelques années auparavant. Quels secrets cache la mystérieuse relique ? Quelle est la motivation de ces redoutables poursuivants, prêts à tout pour se l’approprier ? Et surtout, surtout, qui sont les enfants d’Erebus ?

 

Mon avis

Les livres de Jean-Luc Marcastel ont ceci de mystérieux qu’une fois ouverts, ils exercent une sorte de charme. Impossible de les refermer.

Victime du sortilège, j’ai enchaîné les 3 tomes des Enfants d’Erebus. Lire la suite « Les enfants d’Erebus de Jean-Luc Marcastel »

Mes Imaginales 2017

Cette année, je suis enfin retournée aux Imaginales.

Ça a failli ne pas se faire… d’abord, l’appartement qu’on avait loué avec mes copains Pascal et Camille, avec lesquels je forme la fière équipe des Pouic !, a été inondé suite à un problème de chaudière. Faut savoir que j’avais réservé l’année dernière … pour être sûre voyez.

Donc forcément branle bas de combat, mais on a eu de la chance, on a trouvé.

Sauf qu’après avoir trouvé un charmant petit chalet en solution de remplacement à notre AirBnb, j’ai eu un flash. Qui disait à peu près ça : « euh, mais au fait Bebop est malade, comment on va faire, on peut pas demander à quelqu’un de lui faire avaler ses trois médoc par jour, elle va tuer le quelqu’un en question »… Bebop c’est ma louloute la plus grande.

Celle que mes copains appellent Beelaine, parce que c’est la contraction entre Bebop et Vilaine … pour vous faire le tableau.

Alors on a pris une décision de malade, on a pris la décision d’emmener Bebop… Sauf que ça veut dire que Ghandi resterait seul, puisque Mana (notre dernière, la lapine, ce qui fait de Ghandi le chat du milieu, vous suivez ? :p ) serait chez la voisine …

Et Ghandi sans Bebop, c’est un loulou perdu …

Solution trouvée, accord des coupains; on y va tous les 4 … ok ? OKAY !!!! Lire la suite « Mes Imaginales 2017 »

Les Enfants de Peakwood de Rod Marty

5147tax1bhL._SX329_BO1,204,203,200_

Les Enfants de Peakwood

Auteur: Rod Marty

Maison d’éditions: Scrineo

Nb de pages: 384 pages

Illustration de couverture : Aurélien Police

 

 

Le pitch

Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ?
D’où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d’autres commencent-ils à agir étrangement ?
Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler…
Félicitations, la mort vous offre une seconde chance…

Prix des Halliennales 2016 – Prix littéraire des chroniqueurs web 2016 – Finaliste pour le Prix des Imaginales des Lycéens 2017

Mon avis

J’ai découvert ce livre avant même sa sortie : une couverture attirante, un résumé intrigant, il avait tout pour me séduire, moi qui suis si fan des univers mystérieux, fantastico-policiers…

Je l’ai même précommandé.

J’ai mis du temps à le lire, malgré les très bons avis lus sur ce roman, et c’est finalement Margaud liseuse et son appréciation dithyrambique du bouquin qui m’a décidée. En plus, l’auteur sera aux Imaginales !

Lire la suite « Les Enfants de Peakwood de Rod Marty »

Fedeylins, tome 1, Les rives du monde, de Nadia Coste

Fedeylins, tome 1, Les rives du monde

Auteur: Nadia Coste

Maison d’éditions: Gründ

Nb de pages: 432 pages

Illustration de couverture : David Revoy


 

 

Le pitch

Être fedeylin c’est accepter. Mais Cahyl ne peut pas trouver sa place dans cette dictature du bonheur, il lui manque la marque, il n’a pas de destin. Sauf celui de changer le cours du monde ?

 

Mon avis

J’ai découvert cette série livresque grâce à Crouton de Palace of Books. J’avais acquis le tome 1 depuis un moment déjà.

Lorsque j’ai relu la 4ème de couverture, cela m’a fait dire : « hey mais ça rentre pile poil dans mon challenge sur Faerie ». (ouais, Lilie réfléchit des fois)

Voilà comment je me suis enfin lancée dans la lecture de ce roman qui trainait dans ma PàL depuis bien trop longtemps.

Et ce fut encore une bien belle découverte. Lire la suite « Fedeylins, tome 1, Les rives du monde, de Nadia Coste »

Gardien des cités perdues, tome 1, de Shannon Messenger

index

Gardien des cités perdues, tome 1

Auteur: Shannon Messenger

Maison d’éditions: Pocket / PKJ

Nb de pages: 517 pages pour l’édition GF

Illustration de couverture : Jason Chan

 

 

 

Le pitch:

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l’école, où elle n’a pas besoin d’écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : ce qu’elle n’a jamais révélé à personne, c’est qu’elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d’histoire naturelle quand un étrange garçon l’aborde.

Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. L’y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

 

Mon avis:

 

Je crois bien que c’est l’enthousiasme de Saefiel qui m’a donné envie de lire ce livre.

J’ai hésité à me lancer dans la saga, trop souvent présentée, pour moi, comme le successeur de Harry Potter. Je n’aime pas cette tendance que nous avons, presque systématiquement, à comparer nos lectures à d’autres.

Le maître étalon pour la fantasy c’est Tolkien, pour la SF 1984, pour la littérature blanche les écrivains du 19ème siècle… bref, vous avez saisi !

Je cède parfois moi-même aux sirènes de la catégorisation, à mon grand désespoir, et je me morigène tout de suite pour mon étroitesse d’esprit.

Ce doit être dans un de ces moments là que je me suis dit : allez, je l’achète d’occasion, comme ça, no regrets !

Et ? Bah, no regrets.

Lire la suite « Gardien des cités perdues, tome 1, de Shannon Messenger »